20 octobre 2017

Hommage à LUCKY DUBE

Reggae connection rend hommage à Lucky Philip Dube, alias Lucky Dube, cet artiste majeur de la scène reggae sud-africaine, africaine, et mondiale, assassiné le 18 octobre 2007, dans la tentative de vol de sa voiture à Rosettenville dans la banlieue de Johannesburg.

Lucky Philip Dube, alias Lucky Dube, (né le 3 août 1964 à Ermelo, Mpumalanga, Afrique du Sud et mort le 18 octobre 2007 à Rosettenville), était un chanteur sud-africain de reggae et un artiste très engagé.
«As-tu jamais songé que tu pouvais quitter ta maison et rentrer chez toi dans un cercueil?», chantait-il en 2001, dénonçant la hausse de la criminalité. Lucky Dube a toujours placé les maux de son pays au cœur de sa musique. Sans savoir que sa vie même allait en devenir le symbole.
A commencer par ce surnom qui semble aujourd'hui si mal choisi : «Lucky» Philip Dube le doit au miracle de sa naissance, après plusieurs fausses couches de sa mère, qui était une femme très pauvre. Lucky Dube connaîtra l'enfance classique d'un petit Noir pauvre sous l'apartheid, et, élevé par une mère restée seule suite au départ du père, alcoolique.

Après s'être distingué au sein de la chorale de l'école, Lucky Dube se lance à 18 ans et se fait connaître par la musique zoulou traditionnelle, le «mbaqanga».
Cinq albums suivront, jusqu'à la découverte du reggae et de la combinaison unique qu'il offre en associant des messages politiques et des airs populaires. Mais dans l'Afrique du Sud des années 1980, le reggae est inexistant. Un premier album, Rastafarian Never Die, sorti alors que le pays est placé sous état d'urgence, sera censuré par la radio sans connaître pour autant le succès.
Lucky Dube rencontre son public dès son deuxième album Think About the Children en 1985. Pendant dix ans, son reggae va contribuer à dénoncer les abus de l'apartheid bien au-delà des frontières de son pays. Il chante son enfance, son vécu, l'histoire de son pays l'Afrique du Sud (l'apartheid entre-autres), l'Afrique, et l'Homme.
Il lutte contre la discrimination raciale, la ségrégation et l'exclusion. Milite pour l'Unité dont parle l'un de ses titres "Together as one" où il appelle, je cite "rastas, européens, indiens, à l'Unité, sans oublier les japonnais".

Le titre "Different colour" de Lucky Dube confirme sa thèse de l'Unité, où il dit mot à mot "malgré la différence des couleurs, on reste un seul peuple, peu importe les origines". Cet engagement lui vaut sa notoriété, fit de lui un Chanteur mondialement reconnu et sa musique écoutée de tous.
Sa musique voyage et passe les frontières raciales, géographiques et autres...
En 1989, l'album "Prisoner" de Lucky Dube devient un hit mondial, 100.000 copies de l'album seront vendues en seulement cinq jours. En 1991, l'album "House of Exile" rend hommage aux combattants anti-apartheid et surtout au premier d'entre eux, Nelson Mandela.

Devenue une star internationale Lucky Dube chantera avec Sting, Peter Gabriel, Céline Dion et bien d’autres... Pourtant le combat politique n'effacera jamais les préoccupations du quotidien dans l'inspiration de ce rastafari qui ne buvait pas, ni ne fumait. Dans l'album "Slave", il dénonçait les ravages de l'alcoolisme. Dans son dernier album, Respect (2006), il appelait ses compatriotes à cultiver le respect mutuel. «Sans se soucier des dollars et du bling bling», chantait-il.

Lucky Dube était l'une des consciences de ce continent éprouvé par la pauvreté et l'injustice sociale. Sa musique a éveillé la conscience de la jeunesse africaine même si son message a toujours été universel comme l'essence de la musique. Son immense œuvre le rend immortel.
Lucky Dube était un artiste engagé et optimiste (Feel Irie), il montrait l'exemple d'une vie saine et équilibrée entre sa famille et sa passion artistique pour le reggae.

Lucky Dube est tué par balles, le 18 octobre 2007, au cours d'une tentative de vol de sa voiture à Rosettenville dans la banlieue de Johannesburg, il était 2 heures du matin.
L'artiste est mort sur le coup touché fatalement par les tirs des malfaiteurs devant ses deux enfants, deux adolescents de 16 ans (le jeune homme) et d'environ 15 ans (la jeune demoiselle). Il repose près de Newcastle, dans la province de Kwazulu Natal.
Nous saluons un artiste "exceptionnel et réputé dans le monde entier".
Depuis que la star universelle du reggae Lucky Dube nous a quittés dans des circonstances tragiques, son œuvre accompagne toujours ses fans qui le pleurent toujours, mais comme le souhaitait le chanteur, tentent de garder le sourire en toute circonstance. Put a smile on your face, don't let the troubles lets you down. Keep your head high...